ORGATEC 2018, LES LEÇONS DE L’OPEN-SPACE

le 6 novembre 2018

Modulaire et néoconfort
Dans le prolongement des éditions précédentes, les espaces ouverts (open space, flex space et espaces de co-living) ont toujours le vent en poupe, mais la nouveauté réside dans la capacité à résoudre les problématiques de confort et d’usage par plus de modularité et de dynamique. Tendance renforcée par l’arrivée des nouvelles générations de travailleurs, les millénials et Z, ( Née de 1980 à 2000 pour les premiers, nés après pour les seconds ) qui revendiquent le besoin du bien-être au travail et le besoin de reconnaissance de la créativité et de la singularité.

Des espaces vivants.
L’expérience de l’open space l’a prouvé : le design de l’environnement de travail a un impact sur la productivité et l’implication des employés, et ses évolutions vont dans le bon sens.
L’ergonomie, le confort et la fonctionnalité restent des attributs importants notamment dans le choix des assises et des bureaux, pour le bien-être à long terme du travailleur, sa sécurité et sa performance mais ils s’accompagnent de nouveaux leviers de personnalisation et de singularisation : le mot d’ordre est d’éviter la standardisation/aseptisation.

Le mobilier évolue vers plus de modularité, d’informel, et établit une dynamique spatiale : qu’il s’agisse de bureaux à positions variables ( basse ou haute pour consultation debout ), de canapés avec assises uniques ou combinées et de panneaux mobiles, ces mobiliers impliquent les usagers dans leur environnement et leur permettent de choisir les solutions qui leur conviennent le mieux. Moins figés que par le passé, les environnements de travail deviennent ainsi plus agiles et peuvent aller jusqu’à occuper tous les recoins. La gamme Nest de Form Us with Love en est l’exemple : si elle s’appuyait dès les débuts sur 3 hauteurs d’assises et tables pour accueillir 1 à 8 personnes, elle s’est enrichie cet automne d’une table haute XXL à configuration multiple : linéaire u en S, L ou W… pour recevoir plus de 10 collaborateurs assis ou debout, pour des meetings, discussions informelles, ou simplement pauses café. Un succès lors de son lancement à Orgatec 2018.

Les couleurs donnent aussi le ton et valorisent l’ambiance des lieux qu’elles habillent (détente, concentration, partage…).
La combinaison de tons neutres, des couleurs de l’entreprise et d’une touche nouvelle, créé des lieux plus conviviaux et égaye.
Si le jaune apporte une touche d’optimisme, le bleu renforce la productivité des employés. Les couleurs vives sont plus stimulantes que les pastels, et utiliser trop d’une seule couleur peut estomper ses effets. Elles donnent une personnalité unique aux lieux, et marquent une rupture avec le pragmatisme fonctionnel, par leur caractère esthétique et émotionnel.
Autre tendance forte de cette année : le retour au naturel appelé “la biophilie” : plus de lumière, des matériaux naturels ( bois…) et la présence de végétal permettent de diminuer l’anxiété, une bonne raison d’intégrer la nature dans les espaces.

Enfin, de plus en plus d’entreprises dépassent le choix d’une organisation purement fonctionnelle en y ajoutant des touches de design et de “beau”. Une esthétique travaillée, dans la tendance est alors marque d’implication culturelle et de modernité pour l’entreprise, elle stimule par ailleurs la créativité et améliore la sensation de bien-être pour ses intervenants.

Les murs du son.
Véritable enjeu pour le bien-être et la concentration des employés, la maîtrise de l’acoustique est devenue un incontournable des lieux partagés et ouverts. Pour ce faire, des absorbants sont utilisés pour empêcher le son de se propager dans les locaux, ils permettent d’atténuer la réverbération dans la pièce, et ainsi, le plus souvent, de contribuer à un meilleur environnement de travail (pour en savoir plus, mieux-lemag.fr).

Si les moquettes, tapis, rideaux et plantes sont un bon départ, les solutions acoustiques dédiées sont désormais nombreuses et plus performantes. Elles sont le caméléon de l’environnement de travail : jouent la carte de la discrétion et du camouflage pour certaines, ou de l’atout design par une esthétique assumée pour d’autres.
Ce n’est pas un hasard si l’on a mis en avant, à l’occasion du salon WorkSpace de ce début d’année, la nouveauté signée par Constance Guisset et éditée par Zilenzio : Delta, suspension et système d’absorption acoustique au design élégant et aérien, en forme de pétales ou de galets polis ( en savoir + ). Ces systèmes, déclinés en plusieurs formes et finitions, peuvent être utilisés dans tous types d’espaces, en habillant plus ou moins audacieusement les plafonds.
Plus modulables, les panneaux, cloisons mobiles ou alcôves viennent rythmer et dynamiser l’espace, tout en offrant la possibilité de créer des espaces de confidentialité. Plus discrets, les panneaux de bureaux structurent le plan de travail.
Et désormais, les rangements et les luminaires jouent aussi le jeu en intégrant une absorption acoustique dans leurs attributs. ( Tone de Zilenzio, Nur Acoustic de Artemide …).
Quelles que soient leurs formes, toutes ces solutions contribuent à valoriser un environnement de travail moins bruyant et plus confortable à l’usage sans compromettre les échanges et le dynamisme de l’espace ouvert.

Une question d’expérience.
Ainsi, le salon Orgatec 2018 met aussi en lumière à quel point l’Openspace est facteur d’opportunité pour les entreprises et les employés, de par son évolution et sa flexibilité. Designé pour être confortable et attractif quel que soit le temps qu’on y passe il est l’opportunité d’une véritable signature de marque qui donne envie de venir travailler et qui s’engage pour ses collaborateurs.
Nous verrons aussi prochainement l’impact des nouvelles générations sur l’organisation des espaces.

2018-11-06T15:20:22+00:00