L’avenir du travail : entre présentiel et distanciel ?

 

 

 

 

 

 

15 février 2021

La situation sanitaire a fait voler en éclat les réticences managériales et culturelles liées au télétravail. Une nouvelle expérience en entreprise s’est improvisée pour faire face au contexte. Ce qui a entraîné un changement important dans nos repères en entreprise, au niveau de notre organisation et de nos comportements. Les points positifs et négatifs sont nombreux, et les points de vue des salariés et chefs d’entreprises de France sont variés. Nombreux sont ceux qui ont trouvé des solutions de dernières minutes, et d’autres qui se sont adaptés au fil du temps.

 

La pandémie accélère la transition des entreprises vers un mode de travail plus flexible. Une nouvelle organisation qui permet de travailler à domicile au besoin, et d’avoir également accès à un espace en entreprise pour travailler en équipe. Cependant, nous l’entendons partout : personne ne veut passer au télétravail à 100% ! Plusieurs raisons à cela : la baisse de moral des collaborateurs tenus à distance de leurs collègues, la surveillance accrue des managers, les heures de travail qui gagnent un peu plus de terrain sur notre vie privée… 73% des salariés interrogés préfèrent retrouver le bureau, et 46% d’entre eux souhaitent retrouver des moments d’échanges et de convivialité avec leurs collègues (étude Malakoff Humanis sur le télétravail, décembre 2020). 

 

La culture d’entreprise est elle aussi touchée. La communication interne en entreprise ne passe plus, ou en tout cas moins bien, les relations sociales et l’intégration dans une équipe ne sont plus naturelles et sont même déshumanisées par les call et réunions Zoom.

Une main d’œuvre tenue constamment à distance n’est pas une réponse durable pour notre avenir. L’humain tomberait dans l’oubli et nous n’arriverions sûrement plus à dissocier notre vie privée de notre vie professionnelle.

 

Alors, les bureaux de demain existeront toujours pour valoriser la collaboration et la création qui servent de fondement à la culture d’entreprise.

 

Essayons alors de repenser nos locaux, nos objectifs, notre manière de travailler les uns avec les autres. Si, tout d’abord, nous imaginions des bureaux aménagés en fonction des objectifs ? Des locaux qui seraient mis à disposition pour les collaborateurs et qui seraient un lieu de rencontre et de prise de décisions. Bien sûr, sécurité et santé de tous seraient elles aussi au cœur de l’aménagement.

Les entreprises n’investiront sûrement plus dans la pierre comme autrefois. De nouvelles formes de location pourraient voir le jour : à l’année, au mois, à la semaine ou encore à la journée. C’est une nouvelle façon de penser qui pourrait permettre aux entreprises d’investir dans des projets d’envergure, et de repenser leurs stratégies en termes de ressources humaines et matérielles. La location, c’est aussi avoir le choix de changer d’ambiance, d’aménagement et de mobilier au gré des tendances et des besoins. C’est avoir l’occasion de choisir un emplacement proche de ses salariés, ou dans un quartier qui fait envie. La location c’est multiplier ses choix d’implantation !

 

Le retour en entreprise, c’est aussi adapter son management à cette nouvelle manière hybride de travailler. Savoir communiquer et impulser le changement culturel.

Du côté des collaborateurs, c’est réapprendre à séparer l’intime du professionnel.

 

Cette crise a également révélé de nouveaux enjeux, comme la marque employeur qui doit se renforcer et agir pour le bien commun. L’utilité et le sens du travail deviennent des critères incontournables pour les collaborateurs. Et puis, l’incertitude en l’avenir pousse les salariés à revoir leur plan de carrière pour faire plus, ou se réorienter vers une nouvelle voie.

 

Aucune solution n’est universelle, chaque entreprise doit faire ses propres choix pour appréhender cette transition dans le monde du travail, et anticiper autant que possible l’avenir. L’enjeu primordial est de poser des valeurs fortes mais surtout de s’en porter garant.

 

L’avenir est plein d’espoir et cette crise apportera son lot de mutations profondes de nos habitudes et modes de travail. Si à l’ère du travail à distance, nous souhaitons revoir nos bureaux, alors qu’auparavant nous rêvions de télétravail, l’avenir du travail ne serait-il pas dans un juste équilibre entre présentiel et distanciel ?

2021-03-17T10:12:09+01:00